Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

extinction des feux

(Page 1) | 2 | 3 | .... | 7 | newer

    0 0
  • 05/18/15--06:56: Chanson Française (2)
  • D i c k    A n n e g a r n
    a a dick.jpg
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dick_Annegarn
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=Cd5725HpKK0
    https://www.youtube.com/watch?v=QZMUwL4sK0M
    https://www.youtube.com/watch?v=4Q8OoIZOyG8&index=8&list=RDQZMUwL4sK0M
     
    Y v e s    M o n t a n d

    a fra 5.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Montand

    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=AW8kS7zjpyU
    https://www.youtube.com/watch?v=Tl4eqO5TT58
    https://www.youtube.com/watch?v=Xo1C6E7jbPw
     
    M a x i m e    L e f o r e s t i e r

    a a max.jpg

    http://www.maximeleforestier.net/
     
    TROIS CHANSONS
     
     https://www.youtube.com/watch?v=RvIp3_RWjx4
    https://www.youtube.com/watch?v=_v8Il40PaKQ
    https://www.youtube.com/watch?v=tDtXXlD98kw&list=RD_v8Il40PaKQ&index=16
     
    F r a n ç o i s    B é r a n g e r

    a a fr.JPG

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_B%C3%A9ranger
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=StWR9X5uvPA
    https://www.youtube.com/watch?v=ua5-1yHuvTg
    https://www.youtube.com/watch?v=0MGAX1TsRM0
     
    G e o r g e s     M o u s t a k i

    a chan 11.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Moustaki
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=MV8fGf-N06A
    https://www.youtube.com/watch?v=1LkmvFo4i5s
    https://www.youtube.com/watch?v=RjEk0AMpI90
     
    M i c h e l    J o n a s z

    a cha, 12.jpg

    http://www.micheljonasz.fr/
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=Geal40Bj-P4
    https://www.youtube.com/watch?v=H0utf6PDTCA
    https://www.youtube.com/watch?v=PG5yNw_A8Fo
     
    L o ï c    L a n t o i n e

    a chan 13.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Lo%C3%AFc_Lantoine
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=jNclOgZw4UA
    https://www.youtube.com/watch?v=ML3f6-Eo1qk
    https://www.youtube.com/watch?v=SEaCvXD6L9U
     
    J u l o s    B e a u c a r n e

    a chan 15.jpg

    http://julosland.skynetblogs.be/
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=6D2pxgAU97k
    https://www.youtube.com/watch?v=22gRr_6T768&list=RD6D2pxgAU97k&index=2
    https://www.youtube.com/watch?v=0mj91JvTQ4Q
     
    B e n j a m i n    B i o l a y

    a chan 16.jpg

    http://www.benjaminbiolay.com/
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=xtmVTfGJUzA
    https://www.youtube.com/watch?v=xh7wls1TxfA
    https://www.youtube.com/watch?v=tvV_3WPrn14
     
    C h r i s t i n e    S è v r e s

    a fra 4.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_S%C3%A8vres
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=CMTcLwAR3qI
    https://www.youtube.com/watch?v=STwMb3eQvNs
    https://www.youtube.com/watch?v=mQvVZ7XDSL4
     
    F r a n c i s    L e m a r q u e

    a fra 2.jpg

    http://www.lesamisdefrancislemarque.fr/Frameset-index.htm
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=gaxPDcrOU8U
    https://www.youtube.com/watch?v=3IO3SG3EB34&list=PLdnXGV6OVQAZnj5XsJAsy7VfRTqW_E9HA&index=5
    https://www.youtube.com/watch?v=pVefoKJLOgg&list=PLdnXGV6OVQAZnj5XsJAsy7VfRTqW_E9HA&index=7
     
    A l l a i n    L e p r e s t

    a chan 17.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Allain_Leprest
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=QHjnXLnxU9A
    https://www.youtube.com/watch?v=MzZwdHMIths
    https://www.youtube.com/watch?v=gaN5jdUJdPs
     
    N i n o    F e r r e r

    a fra 7.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nino_Ferrer
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=RgW_AX8cuqo&list=PLhFfO1hzqif-ci_t9jGiINc1ssCeCemyK&index=5
    https://www.youtube.com/watch?v=FgxwKEuy-pM
    https://www.youtube.com/watch?v=DilClUPAtjg
     
    R A P H A Ë L

    a cha 5.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Raphael_%28chanteur_fran%C3%A7ais%29
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=iA6I6SG5szs
    https://www.youtube.com/watch?v=RbnODkduVZM&list=RDRbnODkduVZM#t=7
    https://www.youtube.com/watch?v=tRGYp3MHzKA
     
    A n n e    S y l v e s t r e

    a cha 3.jpg

    http://annesylvestre.com/
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=WQuAugvtp2Y&list=RD72egvR70EyM&index=2
    https://www.youtube.com/watch?v=0wwB-qCEtXI&index=16&list=RD72egvR70EyM
    https://www.youtube.com/watch?v=T4kZcXQmJGA
     
    W i l l i a m     S h e l l e r

    a chan 18.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Sheller
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=S-vE3siPVTw
    https://www.youtube.com/watch?v=uuYtgvKYqYE&index=8&list=RDS-vE3siPVTw
    https://www.youtube.com/watch?v=dFaC9QVb-Lg
     
    V i n c e n t    D e l e r m

    a cha 4.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Delerm
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=6W9aB6D4xKI
    https://www.youtube.com/watch?v=K4vH4hfMzes
    avec Lhasa
    https://www.youtube.com/watch?v=vxuI3haSKTI
     
    S e r g e    R e g g i a n i

    a cha 1.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Reggiani
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=L8zxh-QzN9I
    https://www.youtube.com/watch?v=nXSE_GSTwxs
    https://www.youtube.com/watch?v=22T2wSw0-Qg&list=PLoBK9cXxsLlkDFKCx2GthR38-UMad0qEU
     
    R i t a    M i t s o u k o

    a chan 20.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Rita_Mitsouko
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=t6FVlfOgTo8
    https://www.youtube.com/watch?v=MlGvQL1FQfE&list=PLWGMiNYjOAjkZDS4iz97nzMbax3URYVIK
    https://www.youtube.com/watch?v=FwllzZuzz58
     
    P i e r r e    V a s s i l i u

    a fra 3.jpg

    http://www.pierrevassiliu.com/
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=JB9C54mCN-c
    https://www.youtube.com/watch?v=H62C-M7Yb_U&list=RDH62C-M7Yb_U#t=0
    https://www.youtube.com/watch?v=sTlLHSfcgaQ
     
    C h a n s o n   P l u s   B i f l u o r é e

    a fra 1.jpg

    http://chansonplus.free.fr/
     
    TROIS CHANSONS
     
    https://www.youtube.com/watch?v=wgMmUJBkOT8&list=RDcm7ImxrTxas&index=2
    https://www.youtube.com/watch?v=WcFIljvPffY&index=11&list=RDcm7ImxrTxas
    https://www.youtube.com/watch?v=GGeVtQRxAFQ
     
    QUELQUES INTERPRÈTES DE GAINSBOURG
     
    Jane Birkin
    https://www.youtube.com/watch?v=IA3p4v_IoAQ
    Catherine Deneuve
    https://www.youtube.com/watch?v=m30O27UBRiM
    Anna Karina
    https://www.youtube.com/watch?v=rAVsGHDw_RU
    Brigitte Bardot
    https://www.youtube.com/watch?v=dY9PY4r83p8
    Isabelle Adjani
    https://www.youtube.com/watch?v=BwvYkxZrGZ0
    Joelle Ursull
    https://www.youtube.com/watch?v=etoNkyNXeZw
    Mireille Darc
    https://www.youtube.com/watch?v=LSn3BMj5xQM
    Petula Clark
    https://www.youtube.com/watch?v=9zE2ufqJzZ8&list=RD9zE2ufqJzZ8#t=0
    Regine
    https://www.youtube.com/watch?v=OK8xOxuhYMQ
    Valérie Lagrange
    https://www.youtube.com/watch?v=2B02B0psckk
    Vanessa Paradis
    https://www.youtube.com/watch?v=yu1-ZeQ-leI
    Michèle Arnaud
    https://www.youtube.com/watch?v=ciTVKm0XSqs
    Juliette Gréco
    https://www.youtube.com/watch?v=zk26wHJCbP4
    France Gall
    https://www.youtube.com/watch?v=-1_OPtNyCqc
     

    0 0
  • 06/20/15--02:51: Exposition Rops à Dinant
  • 0 0

    S  T  R  A  D  A

    a as 1.jpg

    Ecoute et achat :
    http://www.vincentrouard.be/strada.html
    http://www.vincentrouard.be/strada_commande.php
    Vidéo du concert :
    https://www.youtube.com/watch?v=jqyHHiqn78c

    Piano, compositions, arrangements,Vincent Rouard
    Violoncelle, Kathy Adam
    Accordéon diatonique, Didier Laloy
    Contrebasse, Vincent Noiret
    Oud, Karim Baggili
    Sax tenor, flûte basse, Philippe Laloy
    Guitare, Pascal Chardome
    Percussions, Fred Malempré

    Enregistrement, mixage, mastering,
    Piano bösendorfer 225
    Igloo Studio Bruxelles

    Pressage, SonyDADC
    Photographies, Olivier Calicis
    Infographie, Laurence Burvenich
    Textes, Denys-Louis Colaux

    a as 2.jpg

    1.
     
    J'écris
    le désir inflexible
    de faire chanter à deux voix
    l'échafaud du silence
    et la potence de l'espoir
     
    Le vent est je crois
    l'oiseau dont je suis le plus proche
     
     
    2.
     
    On trouvera dans ma valise
    une conque de sable
    une hélice de pluie
    une flûte de vent
    et pour garder la page
    de trois livres que j'aime
    l'aile d'un oiseau mort
    On trouvera sur ma valise
    incisées dans le cuir
    les griffes que font aux objets
    toutes les épines des âmes
     
     
    3.
     
    Il reste du voyage
    le chant intime de mon être
    mêlé à la surdité bleue
    du monde
    Il reste le désir
    d'un orchestre lancé
    devant la terre
    sauvage et retournée
    des hommes à l'assaut

    0 0

    C O M M E   U N   A V I O N

    Vénus, absinthe et ukulélé 

    a aapod 1.jpg

    a aapod 3.jpgComme un avion de Bruno Podalydès : objet cinématographique parfaitement atypique. Pour l'argument : un informaticien épris d'aviation, sensible au vertige, s'amourache de la forme d'un kayak, semblable au corps d'un coucou privé d'ailes et palindrome parmi les palindrome. Ce navigateur, un type très assis, une allure presque sérieuse, quinquagénaire peut-être un rien titillé par la lente approche de la péremption, arrimé dans le virtuel, assujetti à la cigarette, désinvolte d'une façon originale, pas sportif pour un sou, pas rimbaldien mais sensible à Gérard Manset ou à Alain Bashung, rêve de descendre en kayak un ruisseau jusqu'à la mer. Il se suréquipe, s'entraîne d'une façon indécidable, à mi-chemin du grotesque et du poétique. Oui, c'est un des filons de ce joyau : l'art de rendre mitoyens le grotesque et le poétique, de créer entre eux des courants heureux et féconds. Contraint, il finit par avouer son projet à son épouse. Bienveillante, elle le mettra à l'eau (plus profondément qu'il ne le pense), avec les précautions attentives, un brin amusées d'une cane qui veille sur son caneton malhabile à l'instant de son essor nautique. Cette femme à double fond est interprétée par la lumineuse Sandrine Kiberlain. Revenons-en à notre navigateur en eaux presque vives. Un aventurier sommeille chez ce nouveau rond-de-cuir étrange et attachant. Le jeu de Bruno Padlydès (héros et cinéaste), lent, flottant, inédit, l'oeil malicieux, l'air presque placide, désinvolte maladroit, désinvolte malgré lui, gracieusement maladroit, ressemble réellement à une formidable invention cinématographique. Soignés, assez inattendus, sobres avec quelques belles acrobaties, les dialogues font mouche, ils relaient une suite de gags filmés et joués d'une façon qui les rend hilarants et imprévisibles.  Le cinéma de Podalydès est déconcertant, drôle, émouvant, irrésistible, c'est une sorte de perle baroque. Improbablement situé (amusons-nous) entre Aguire ou la colère de Dieu, les aventures d'Indiana Jones, le Délivrance de John Boreman, Les Dieux sont tombés sur la tête de Jamie Uys, Huit et demi de Fellini, les univers de Tati, de Pierre Etaix, d'Otar Osseliani, c'est-à-dire en un lieu, un no man's land où le cinéma n'a généralement pas cours. Le film m'a épaté, charmé. L'esprit y est parfumé d'air frais, de tendresse et d'humour, les femmes y sont magnifiques, touchantes, escortées d'un pollen de grâce, - le somptueux et inattendu nu composé de la très estimée et captivante Agnès Jaoui, très vénusienne, doit être un des plus beaux de l'histoire du cinéma français -, chaque personnage apporte son fétu à la meule. Il y a la belle Mila (Vimala Pons) que la pluie, liée à une amour malheureuse, fait pleurer. Il y a Christophe et Damien,(Vuillemoz et Brouté) les peintres fous qui repeignent tout en bleu, y compris une poule de passage et qui chaque matin affirment une fastueuse activité sexuelle (on se demande avec qui, chacun de son côté sans doute, une pitié pour ces affolés  du pinceau). Les eaux mènent à un lieu étrange mouillé, imbibé d'absinthe, un lieu de perdition et de salut, de poésie et de péché, de beauté et de danger, un lieu de délice et de lucidité. Avec Sandrine Kiberlain, Agnès Jaoui, Vimala Pons, Bruno, Denis Podalydès, Michel Vuillemoz, Jean-Noël Brouté et Pierre Arditi en pêcheur irascible. Vénus, absinthe, ukulélé et un grain de génie, un autre de folie ! Ce retour à l'eau (et au spiritueux, - mélange qui sans doute confère au film son caractère si spirituel), à l'air frais et aux arbres est surtout un retour aux gens et cette échappée millimétrique, cette expédition de poche s'impose comme une grande et belle aventure humaine que l'humour merveilleusement grise.  

    a aapod 2.jpeg

    a aapod a.jpg

    a aapod 4.jpg

    a aapod 6.jpg

    a aapod 7.jpg


    0 0

    a cros 0.jpg

    LA PATIENCE

    Dans les cartes à jouer abattues sous la lampe
    comme les papillons écroulés poussiéreux,
    à travers le tapis de table et la fumée,
    je vois ce qu'il vaut mieux ne pas voir affleurer
    lorsque le tintement de l'heure dans les verres
    annonce une nouvelle insomnie, la croissante
    peur d'avoir peur dans le resserrement du temps,
    l'usure du corps, l'éloignement des défenseurs.
    Le vieil homme écarte les images passées
    et, non sans réprimer un tremblement, regarde
    la pluie glacée pousser la porte du jardin. 

    Philippe JACCOTTET


    0 0
  • 06/30/15--00:55: Au Cabaret vert
  • a cros 2.png

    AU CABARET VERT, CINQ HEURES DU SOIR 

    Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines
    Aux cailloux des chemins. J’entrais à Charleroi.
    - Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines
    De beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

    Bienheureux, j’allongeai les jambes sous la table
    Verte : je contemplai les sujets très naïfs
    De la tapisserie. - Et ce fut adorable,
    Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

    - Celle-là, ce n’est pas un baiser qui l’épeure ! -
    Rieuse, m’apporta des tartines de beurre,
    Du jambon tiède, dans un plat colorié,

    Du jambon rose et blanc parfumé d’une gousse
    D’ail, - et m’emplit la chope immense, avec sa mousse
    Que dorait un rayon de soleil arriéré.

    Arthur Rimbaud


    0 0
  • 06/30/15--01:04: La Charrue
  • a cros 3.jpg

    LA  CHARRUE 

    Cinq heures. La neige encore. J’entends des voix
    À l’avant du monde.
     
    Une charrue
    Comme une lune au troisième quartier
    Brille, mais la recouvre
    La nuit d’un pli de la neige.
     
    Et cet enfant
    A toute la maison pour lui, désormais. Il va
    D’une fenêtre à l’autre. Il presse
    Ses doigts contre la vitre. Il voit
    Des gouttes se former là où il cesse
    D’en pousser la buée vers le ciel qui tombe.

    YVES BONNEFOY


    0 0
  • 06/30/15--03:18: Charles Cros
  • a cros 1.jpg

    Lendemain

    A Henri Mercier.

    Avec les fleurs, avec les femmes, 
    Avec l’absinthe, avec le feu, 
    On peut se divertir un peu, 
    Jouer son rôle en quelque drame. 

    L’absinthe bue un soir d’hiver 
    Éclaire en vert l’âme enfumée, 
    Et les fleurs, sur la bien-aimée 
    Embaument devant le feu clair. 

    Puis les baisers perdent leurs charmes, 
    Ayant duré quelques saisons. 
    Les réciproques trahisons 
    Font qu’on se quitte un jour, sans larmes. 

    On brûle lettres et bouquets 
    Et le feu se met à l’alcôve. 
    Et, si la triste vie est sauve, 
    Restent l’absinthe et ses hoquets. 

    Les portraits sont mangés des flammes: 
    Les doigts crispés sont tremblotants... 
    On meurt d’avoir dormi longtemps 
    Avec les fleurs, avec les femmes.

    Charles CROS


    0 0
  • 06/30/15--12:37: Winston Perez
  • Avoir une idée d’ombre

    Avoir une idée d’ombre
    et d’absolu pardon
    comme l’Adolescent
    qui voit la fin du monde
    Errer dans l’océan du vide,
    âme vagabonde
    Devenir Ange noir
    au dernier échelon

    Avoir une idée d’ombre
    et d’étreinte éternelle
    au son du grand clocher,
    au son d’un violon
    Partir le soir venu,
    et sans raisons
    Quand l’égoût s’éclaircit,
    au fond de la ruelle

    Avoir une idée d’ombre,
    s’évaporer au loin
    comme une goutte acide
    et devenir quelqu’un
    d’autre

     

    Winston Perez


    0 0
  • 06/30/15--14:19: Baudelaire et Rassenfosse
  • Quelques poèmes des Fleurs du mal de Charles Baudelaire illustrés par Armand Rassenfosse

    a ras à une dame creole.jpg

    À  UNE DAME CRÉOLE

    Au pays parfumé que le soleil caresse,
    J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
    Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
    Une dame créole aux charmes ignorés.
     
    Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
    A dans le col des airs noblement maniérés ;
    Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
    Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.
     
    Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire,
    Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
    Belle digne d'orner les antiques manoirs,
     
    Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
    Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
    Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.
     

    a ras la beauté.jpg

    LA BEAUTÉ

    Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
    Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour,
    Est fait pour inspirer au poète un amour
    Éternel et muet ainsi que la matière.
     
    Je trône dans l'azur comme un sphinx incompris ;
    J'unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes ;
    Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
    Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.
     
    Les poètes, devant mes grandes attitudes,
    Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,
    Consumeront leurs jours en d'austères études ;
     
    Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,
    De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :
    Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !
     

    a ras le vampire.jpg

    LE VAMPIRE

    Toi qui, comme un coup de couteau,
    Dans mon coeur plaintif es entrée ;
    Toi qui, forte comme un troupeau
    De démons, vins, folle et parée,

    De mon esprit humilié
    Faire ton lit et ton domaine ;
    - Infâme à qui je suis lié
    Comme le forçat à la chaîne,

    Comme au jeu le joueur têtu,
    Comme à la bouteille l'ivrogne,
    Comme aux vermines la charogne,
    - Maudite, maudite sois-tu !

    J'ai prié le glaive rapide
    De conquérir ma liberté,
    Et j'ai dit au poison perfide
    De secourir ma lâcheté.

    Hélas ! le poison et le glaive
    M'ont pris en dédain et m'ont dit :
    " Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
    A ton esclavage maudit,

    Imbécile ! - de son empire
    Si nos efforts te délivraient,
    Tes baisers ressusciteraient
    Le cadavre de ton vampire ! "

    a ras les bijoux.jpg

    LES BIJOUX 

    La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur,
    Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores,
    Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur
    Qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures.

    Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,
    Ce monde rayonnant de métal et de pierre
    Me ravit en extase, et j'aime à la fureur
    Les choses où le son se mêle à la lumière.

    Elle était donc couchée et se laissait aimer,
    Et du haut du divan elle souriait d'aise
    A mon amour profond et doux comme la mer,
    Qui vers elle montait comme vers sa falaise.

    Les yeux fixés sur moi, comme un tigre dompté,
    D'un air vague et rêveur elle essayait des poses,
    Et la candeur unie à la lubricité
    Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;

    Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,
    Polis comme de l'huile, onduleux comme un cygne,
    Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins ;
    Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,

    S'avançaient, plus câlins que les Anges du mal,
    Pour troubler le repos où mon âme était mise,
    Et pour la déranger du rocher de cristal
    Où, calme et solitaire, elle s'était assise.

    Je croyais voir unis par un nouveau dessin
    Les hanches de l'Antiope au buste d'un imberbe,
    Tant sa taille faisait ressortir son bassin.
    Sur ce teint fauve et brun, le fard était superbe !

    Et la lampe s'étant résignée à mourir,
    Comme le foyer seul illuminait la chambre,
    Chaque fois qu'il poussait un flamboyant soupir,
    Il inondait de sang cette peau couleur d'ambre !

    a ras l'idéal.jpg

    L’IDÉAL 

    Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
    Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
    Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
    Qui sauront satisfaire un coeur comme le mien.

    Je laisse à Gavarni, poète des chloroses,
    Son troupeau gazouillant de beautés d'hôpital,
    Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses
    Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal.

    Ce qu'il faut à ce coeur profond comme un abîme,
    C'est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime,
    Rêve d'Eschyle éclos au climat des autans,

    Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange,
    Qui tors paisiblement dans une pose étrange
    Tes appas façonnés aux bouches des Titans.

    a ras recueillement.jpg

    RECUEILLEMENT  

    Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
    Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
    Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
    Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

    Pendant que des mortels la multitude vile,
    Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
    Va cueillir des remords dans la fête servile,
    Ma douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

    Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
    Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
    Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

    Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
    Et, comme un long linceul traînant à l'Orient,
    Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.


    0 0
  • 07/13/15--02:40: Saisons
  • Oeuvres : Emilie Teillaud - Poèmes : Denys-Louis Colaux
    Espace Emilie Teillaud : http://www.emilie-teillaud.com/

    a emi 1.jpg

    1.
     
    Il prépare au printemps
    le rouge ardent des feuilles
    sème lentement après lui
    pour dérouter les chiens
    des fleurs étiolées
    des souvenirs flétris

    a emili 1.jpg 

    2.
     
    Sur les prés de l'été
    il étend comme d'eau
    un pauvre vin d'église
    de longues coulées d'ocre
    afin qu'un peu la fête
    sous ses battements d'ailes
    sente la mort passer

    a emili 2.jpg 

    3.
     
    Dans la forêt d'automne
    il jette après les faons
    comme une meute
    dans le souffle des cors ardents
    des images de son enfance
    des bougeoirs bleus des bourgeons tièdes
    mais il serait désappointé
    si l'une de ses métaphores
    se rapprochait du chevrotin

    a emili 3.jpg 

    4.
     
    Comme dans l'eau un orpailleur
    des fétus d'espérance
    il cherche dans l'hiver
    pour affronter les grands voiliers du froid
    les ombres noires de la neige
    et trouvent quelquefois
    des auréoles assoupies

    0 0

    a alain adam 1.jpg

    N  u  m  é  r  o     1  4

    F R A N C I S    C A M P I G L I A

    Je reviens, une fois de plus - ce n'est pas la dernière - sur le photographe français Francis Campiglia (à qui j'ai déjà consacré une longue suite d'articles : http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/francis-campiglia/). Maître Francis. Valeur sûre, refuge ! Art chaleureux, raffiné, franc, sensible, marqué par la rencontre. Un sens de l'instant clé. J'y reviens par goût, comme on revient à un cru savoureux, comme on passe l'après-midi avec un ami, une formidable paire de moustaches. J'y reviens par amour de la photographie habitée, du savoir-faire, pour la saisie enthousiaste et futée de la lumière, pour le feu rutilant des couleurs, le velouté du noir & blanc, pour la manière savante, l'esprit qui traverse l'image. L'esprit. La fleur d'esprit, comme on parle de la fleur de sel. J'y reviens pour la façon de regarder la femme, de l'écouter, pour la façon d'entendre le paysage, d'en orchestrer les beautés, pour m'asseoir un instant dans le Paris singulier et frémissant de Francis. C'est un beau pays, un pays agréable, une France ouverte, cosmopolite, aérée, hospitalière chez Francis, les autochtones (des choisis, des élus, pas le tout venant !) ont une petite flamme au fond de l'âme, une plume invisible, un parfum qui ravit. La poésie est ici à l'aise, exigeante et inspirée. Et il y a la saveur intelligente que l'oeil transmet à l'image, cette épice qu'il y fait infuser. 

    a fran 1.jpg

    a fran 2.jpg

    a fran 3.jpg

    a fran 4.jpg

    a fran 5.jpg

    a fran 6.jpg

    a fran 7.jpg

    a fran 8.jpg

    a fran 9.jpg

    a fran 10.jpg

    a fran 11.jpg

    ANGÉLIQUE FRAGNIER

    https://www.facebook.com/angelique.fragnier/

    a angel f 2.jpg     a angél f.jpg

    a ange ç.JPGJe parle ensuite de l'artiste peintre française Angélique Fragnier.

    Elle exposait (12 avril au 18 mai) ) la Puerta Del Sol, rue Général de Gaulle à Pornichet une belle suite d’œuvres rassemblées sous l'intitulé de Corpus.

    Pour peindre, elle associe des médiums comme l'huile, l'acrylique, le fusain ou les aérosols, ce qui confère à sa geste picturale une allure très originale, un cachet assez inédit. Ce rendu des corps (jambes et têtes sont absentes) crée une espèce de pont entre la fresque antique et le tag urbain, entre l'éternel et le circonstanciel.

    Vifs, lumineux, fluorescents ou craquelés comme des œuvres de la statuaire antique, ces corps sont enfants du strass, de la vitesse, de la liberté et de la prison de l'instant, et, en même temps, fruits étranges de la mémoire. Ils sont en dynamique équilibre entre le désir de la perpétuation artistique et la volonté d'incarner l'instant nu, la palpitation même de l'instant. La Grèce qui adorait les corps est en filigrane, quelque chose des étincelles psychédéliques éclabousse, quelque chose de la manière pop art est perceptible, le tag insolent s'y discerne et le tout forme un curieux étirement du temps, une poésie spatio-temporelle qui dit l'oxymore d'une vénusté d'aujourd'hui, d'une esthétique flashy. Graffitis aériens ou minéraux entre hiératisme et sensualité, légèreté et phantasme. Ovnis picturaux, fleurs d'un singulier érotisme sulpicien, icônes de la vitesse, adonis et venus de rave party, vitraux de discothèque, mythologie d'écran, les œuvres d'Angélique Fragnier sont des infusions de la beauté dans l'ère du temps, une ère que sa manière singularise et signe.

    a ange 1.JPG   a ange 2.JPG   a ange 3.JPG

    a ange 4.JPG   a ange 5.JPG   a ange 6.JPG

    a ange 7.JPG   a ange 8.JPG   a ange 10.JPG

     STÉPHANE WANCQUET 

    a nad a.jpgOuvrier depuis l'âge de 20 ans, délégué syndical à la FGTB durant une dizaine d'années, Stéphane est un excellent photographe amateur belge, portraitiste (son égérie et modèle de prédilection, sa femme Nadine, est une sorte d'exquise Vénus belge d'une beauté singulière et charmante), et paysagiste. Humble, discret, persévérant, inspiré, animé, amoureux, c'est un artiste qui cherche, qui explore, qui expérimente. C'est un type qui trouve aussi, qui cueille quelques superbes icônes. Stéphane a 41 ans, il est né à Soignies et habite Ecaussinnes durant son enfance et son adolescence. Son père était menuisier. Un ancêtre considérable, - son grand-père, marque l'artiste. Ce grand-père est carrier, antimilitariste et anticlérical. On devine le beau personnage. En matière d'antimilitarisme, il a eu l'occasion de se forger une opinion, il a fait la seconde guerre, a été prisonnier de guerre et s'est échappé. Il a ensuite travaillé dans les mines et a fini par exercer la profession de tailleur de pierre à Ecaussinnes. C'est ce grand-père charismatique qui offre à l'artiste son premier appareil photographique. C'est un Kodak. Stéphane s'en servira pour photographier la région. Plus tard, il découvre l'Urbex, (urban exploration, la visite souvent clandestine des lieux industriels abandonnés ) et renoue avec la passion de la photographie. Le goût pour le portrait est plus tardif. Un ami photographe (Gaetan Lelong) lui permet de réaliser ses premiers portraits. La complicité avec son modèle d'épouse crée quelques superbes photographies. Patient, obstiné, perfectionniste, passionné, Wancquet crée progressivement un bel imagier. Je vous invite à une visite dans la galerie de l'artiste.

    a nad 32.jpg

    a nad 1.jpg     a nad 9.jpg

    a nad 2.jpg     a nad 4.jpg

    a nad 5.jpg     a nad 6.jpg     a nad 7.jpg

    a nad 8.jpg

    a nad 11.jpg     a nad 12.jpg

    a nad 14.jpg     a nad 13.jpg

    a nad 10.jpg     a nad 17.jpg

    a nad 15.jpg

    a nad 18.jpg     a nad 20.jpg

    a nad 16.jpg     a nad 19.jpg

    a nad 28.jpg

    a nad 22.jpg     a nad 23.jpg

    a nad 26.jpg     a nad 29.jpg

    a nad 30.jpg     a nad 31.jpg


    0 0
  • 08/03/15--00:58: Joëlle Roelandts
  • a joelle roelandts 1.jpgJ o ë l l e    R o e l a n d t s

    Je découvre Joëlle Roeldants, artiste belge, née en 1958. Elle a étudié le dessin à l'Académie des Beaux-Arts en élève libre ainsi qu'à l'école 75 et dans plusieurs ateliers à Bruxelles. C'est, me dit-elle, en amateur qu'elle reprend aujourd'hui doucement le travail. Il y a, à mes yeux, autre chose que du dilettantisme dans ses croquis : une patte, une façon, une rondeur et une sûreté singulières, de la densité et de la légèreté, une féminité forte, une charge poétique (c'est du dessin à poèmes, un trait conçu pour illustrer les vers, pour échanger et correspondre avec eux), un réel sens de l'atmosphère. Quelque chose me hèle dans ces croquis, me rend curieux du travail à venir. Quelque chose m'empêche de passer sans faire halte, sans saluer. Quelque chose me dit que ce retour vers l'art est heureux et porteur. Il me faudra, dans l'avenir, rendre visite aux espaces de Joëlle Roelandts et rendre compte des suites de son retour à l'aventure artistique. 

    a joelle roelandts 3.jpg

    a joelle roelandts 2.jpg               a joelle roelandts 5.jpg   

    a joelle roelandts 6.jpg               a jo 7.jpg

    a joelle roelandts 10.jpg   

    a jo 4.jpg

    a joelle roelandts 9.jpg          a joelle roeldandts.jpg

    a jo 2.jpg          a jo 8.jpg

    a jo 5.jpg         a jo 6.jpg

    a jo 1.jpg         a jo 3.jpg

    a joelle roeldants 4.jpg


    0 0

    a alain adam 1.jpg

    C H A N T A L    R O U X

    Je reviens, dans cette chronique, à des œuvres qui m'ont considérablement et profondément marqué. C'est la raison pour laquelle je reviens vers l'artiste peintre française Chantal Roux, à son univers simple et profond fondé sur une poésie tendre, mélancolique, parfois proche du désespoir, toujours captivante. Je lui avais consacré un premier article :

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/chantal-roux/

    En revenant dans les galeries de Chantal Roux, je m'aperçois que mon admiration ne décroît pas, que j'aime plus que jamais ce petit monde immense, ces bains de couleurs tièdes, ces traits d'une troublante et savante simplicité, cette humanité attachante, poignante même et ce regard bienveillant et inspiré sur elle. Je suis infiniment réceptif à ces élégies dessinées, à ces étreintes amoureuses, à cette petite musique jouée sur la corde sensible, à cette sorte de dénuement poétique, à cette humilité qui frémit, cette quête d'essentiel. Ici, j'ai rendez-vous avec le frisson.

    Jusqu'à la mi-août 2015, Chantal Roux expose au Cri d'Art, au 1, rue d'Enfer à Metz (France). 

    a chant 1.jpg     a chant 2.jpg

    a chant 3.jpg     a chant 5.jpg

    L N    A F T E R

    https://www.facebook.com/profile.php?id=100006608748279

    Sur celle-ci, je n'ai rien eu l'occasion d'écrire encore. Ma découverte est toute récente. Mais le choc est décisif, l'enthousiasme est immédiat, franc, massif. Ln After (le pseudonyme sous lequel l'artiste se donne à connaître) s'impose par une très rare force expressive, dans une veine sombre et contrastée, marquée, tranchante. Oui, la geste est expressionniste. L'âme vient vigoureusement s'imposer, s'afficher dans ses portraits avec ses contrariétés, ses tourments, ses difformités parfois. Les visages sont matiérés comme des ciels de nuit, des lunes blafardes et tavelées, ils sont accidentés. Derrière cette brutalité évocatoire, on devine une maîtrise technique rare. Née en juillet 1980, elle n'a à peu près rien fait voir encore. Mais il semble que son heure soit arrivée. 

    a gene fille 1.jpg     a gene fille 2.jpg     a ln 1.jpg

    a ln 2.jpg     a ln 3.jpg

     J É R Ô M E    D E L É P I N E

    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/jerome-delepine/
    http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2014/12/11/lcpp-n-4-julienne-rose-8344256.html

    A deux reprises déjà j'ai évoqué mon admiration pour cet artiste. J'ai l'impression de n'avoir pas assez insisté, de n'avoir pas dit avec assez de ferveur l'estime que m'inspire l'oeuvre. C'est une sorte d'inventeur de la vapeur picturale, il a placé le halo à l'intérieur du sujet et le sujet rayonne comme une lune. A cela, il a annexé une sorte d'indécision verlainienne. Son tableau acquiert une luminosité magique absolument fascinante. Ici, je fais voir quelques tableaux de sa somptueuse série consacrée à Don Quichotte. Ici, les proportions inhabituelles, l'équilibre et la composition, la façon de signer une silhouette, tout est exceptionnel, tout opère formidablement bien. 

    a del 1.jpg

    a del 2.jpg

    a del 3.jpg

    a del 4.jpg

    a del 5.jpg

    a del 6.jpg

    a del 7.jpg

     A L A I N    A D A M

    Et puis, omniprésent dans mon univers, pour le bonheur de demeurer en contact avec lui, pour l'amour de l'oeuvre, pour la qualité de l'artiste, il y a mon ami le peintre belge Alain Adam. 

    http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/alain-adam/

    a al 1.jpg      a al 2.jpg

    a al 3.jpg      a al 4.jpg   

    a al 5.jpg      a al 6.jpg

    a al 7.jpg


    0 0
  • 08/12/15--02:26: Warren Christopher Reeson
  • WARREN CHRISTOPHER REESON

    https://www.facebook.com/WarrenChristopherReeson?fref=photo

    Peintre anglais né à Plymouth en 1966. Il a étudié la peinture aux Royal Academy Schools de Londres entre 1985 et 1988. Il a reçu de l’Académie le prix Windsor et Newton en 1986.

    EN 2002, il se rend au Canada, successivement en Colombie britannique et à Charlottetown (Ile du Prince Edouard). Là, il s’adonne notamment à la peinture murale sur de grands espaces, dans des locaux publics.

    L’artiste a beaucoup exposé au Canada et au Royaume-Uni. Son intention picturale est l’évocation du mystère. Il s’intéresse à l’histoire, à la musique, à l’archéologie, au folklore et aux contes de fées. Il a le goût des livres anciens, des vieilles bâtisses et des musées. Il cherche à distiller tous ces centres d’intérêt dans son œuvre. Il cherche d’emblée à conférer à ses œuvres un aspect d’ancienneté. Selon un processus créatif singulier et original, en peignant, l’artiste additionne les couches afin que la réalisation ultime fasse partie d’une histoire. Il se fie à son imagination en combinant le rêve et le réel. Même si sa composition peut suggérer un récit, l’artiste souhaite aboutir à un travail élusif, ouvert à l’interprétation du regardeur. 

    a wa 1.jpg     a wa 2.jpg

    a wa 3.jpg      a wa 4.jpg

    a wa 5.jpg     a wa 6.jpg

    a wa 7.jpg

    a wa 9.jpg

    a wa 10.jpg

    a wa 12.jpg

    a wa 13.jpg

    a wa 14.jpg     a wa 15.jpg


    0 0

    LES ARTISTES DE VANPOUCKE

    première partie

    On sait l'estime, l'admiration et l'amitié que je porte au maître anversois. Ces derniers jours, je navigue dans une aile de la grande galerie Vanpoucke, parmi les artistes dont il a signé un ou plusieurs portraits. Je mets ses magnifiques gravures en perspective. 

    F R A N C I S    B A C O N

    andreas bacon.jpg

    a bacon 1.jpg   a bacon 2.jpg   a bacon 3.jpg

    P I E R R E    B O N N A R D

    andreas bonnard.jpg

    a bo 1.jpg   a bo a.jpg   a bo 3.jpg

    B R A D    M E H L D A U

    andreas brad mehldau.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=eE6PLFO_3PI
    https://www.youtube.com/watch?v=3ms_OwH2XCs
    https://www.youtube.com/watch?v=XjAS_LPXgP8

    B R A N F O R D    M A R S A L I S

    andreas branford marsalis.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=UXPgdzMQ6sg
    https://www.youtube.com/watch?v=gbW0JQRNSLY
    https://www.youtube.com/watch?v=4ZHOoUFqYvE

    J A C Q U E S    B R E L

    andreas brel.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=Fi3SwiwsKL4
    https://www.youtube.com/watch?v=0E9lp5y6jE8
    https://www.youtube.com/watch?v=OW9VUoMKgF4

    D A V I D    H O C K N E Y

    andreas david hockney.jpg

    a david 1.jpg   a david 2.jpg

    J. J.   C A L E

    andreas jj cale.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=ZRm1WdSIU70
    https://www.youtube.com/watch?v=3G_msX9iHwg
    https://www.youtube.com/watch?v=p3skDDGOBgY

    O M A R    V A N    M E E R V E L D E

    andreas omar vanmeervelde.jpg

    DSCF5903.JPG   DSCF5904.JPG

    R I T A    D A M A S I O

    andreas Rita Damasio.jpg

    https://www.youtube.com/watch?v=8YwyfCcSSvc
    https://www.youtube.com/watch?v=mELKc0EYyQU
    https://www.youtube.com/watch?v=BQ4J0fPIRrk

    A U G U S T E    R O D I N

    andreas rodin.jpg

    a aug 1.jpg   a aug 2.jpg   a aug 3.jpg

    A N D R E W    W Y E T H

    andreas wyeth.jpg

    a andr 1.jpg   a andr 3.jpg   a andr 2.jpg


    0 0
  • 08/15/15--05:04: Nicole Moyson
  • N I C O L E    M O Y S O N

    Peintre belge née en avril 1946. Pour découvrir un grand nombre d’œuvres de l'artiste : https://www.facebook.com/nicole.moyson/photos_albums

    J'apprécie d'abord une suite de portraits, des huiles, suite intitulée Déconstruction. Les êtres semblent doucement se métamorphoser en mirages ou peut-être commencent-ils à s'absenter.

    Série Déconstruction (huile)

    a nic 1.jpg   a nic 2.jpg   a nic 3.jpg   a nic 4.jpg

    Je découvre ensuite cette huile, un portrait de femme (70 x 50 cm) qui me surprend par sa simplicité doublée d'une étrange profondeur, ses beaux tons, la beauté presque douloureuse du visage et l'étrange nature morte à l'arrière-plan. Je suis sensible aussi à une impression d'évanescence. Je suis intrigué et captivé par la présence accentuée des mains. 

    a nic 70 x 50.jpg

    Ici, dans une suite de portraits, je suis séduit par la simplicité efficace de la manière, par la clarté, la luminosité de certains portraits, par l'expressivité singulière des visages. Il y a une densité poignante dans ces tableaux, une humanité intense et comme accentuée par l'étrange épice de la mélancolie. Le quatrième tableau est un autoportrait. Il y a là aussi, sans doute, la qualité d'un regard sur l'être. Je songe à quelques vers du vieux Francis Jammes dont j'ai aimé, il y a longtemps, et aime aujourd'hui encore Le Deuil des Primevères. Quatre vers de lui : Vous m'avez regardé avec toute votre âme / Vous m'avez regardé longtemps comme un ciel bleu / J'ai mis votre regard à l'ombre de mes yeux / Que ce regard était passionné et calme. Plus chargées, les acryliques maintiennent cette quête de tendre mêlée d'une pointe de langueur.

    Portaits - Huile 

    a nic 5.jpg   a nic 7.jpg

    a nic 8.jpg   a nic 9.jpg

    a nic 10.jpg   a nic 11.jpg

    Portraits - Acrylique

    n nic 14.jpg   a nic 12.jpg

    a nic 13.jpg   a nic 15.jpg


    0 0

    Je continue ma visite dans les gravures de l'artiste belge Andreas Vanpoucke. J'y mène de petites digressions suggérées par les prédilections de mon Anversois préféré dont le talent raffiné et méticuleux ne cesse de m'épater. Au final, ceci aboutit à une sorte d'aventure artistique à double fond.

    A N D R E S    S E G O V I A

    a andreas andres segovia.jpg

    Quelque chose à propos du velours sonore, de la précision, du sacre du geste. L'impassibilité habitée, le frisson intérieur.

    https://www.youtube.com/watch?v=YZEUjDoji3Y
    https://www.youtube.com/watch?v=bG7y_CD9rMg&list=RD9efHwnFAkuA&index=3
    https://www.youtube.com/watch?v=PNXlslzL8EY&list=RD9efHwnFAkuA&index=9

     E D W A R D     H O P P E R

    a andreas edward hopper.jpg

    Qui nous entoure ? Qui nous accompagne ? Suis-je établi en moi-même ? Puis-je être hélé encore ? Puis-je être effleuré encore ? Puis-je habiter consciemment l'instant présent ? Vers quoi donc l'immobilité serait-elle un glissement ? Un instant, je pense à une rive désespérée à l'abri, à l'écart des autres, à l'art terrible d'infuser dans sa propre absence, à l'oubli par démission, à la tentation monstrueuse (c'es-à-dire humaine) de vivre comme un poisson dans l'eau de sa solitude. Aussi à l'être désemparé par le drame ordinaire d'exister. A l'idée de l'absurdité qui court comme une trotteuse dans le cadran de la tête. Oui, je pense qu'on aime essentiellement dans un artiste l'impossibilité catégorique et superbe dans laquelle il nous met d'épuiser l'essence et la substance de son oeuvre.

    a andreas hopper 2.jpg   a andreas hopper.jpg

    E G O N    S C H I E L E(sur son lit de mort) 

    a andreas egon schiele.jpg

    J'aime Schiele, qui me fait peur. Qui met l'une dans l'autre la beauté convulsive et la contorsion douloureuse, la sanction de la vie et la pression permanente de la mort, du supplice de l'écartèlement. Schiele me laisse toujours sans repos, effaré, comme subjugué par l'exploit terrible d'une ballerine tordue à la limite de la rupture, du déchirement musculaire et psychique. Invention de la danse contemporaine. La traduction de tout dans le langage extrême de la fièvre. La raison sans cesse contestée par le séisme existentiel, le bouillon des pulsions, irrépressible et sublime effroi d'exister.

    a andreas schiele 1.jpg   a andreas schiele 2.jpg   a andreas schiele 3.jpg

    J A C Q U E L I N E    D U    P R É

    a andreas jacqueline du pré.jpg

    La musique, l'amour de son instrument dévorent Jacqueline du Pré et l'embellissent. C'est une dévorée sublime. C'est un assentiment total, un consentement amoureux, c'est l'incarnation supérieure, musicale, féminine du désir s'accomplissant sans s'éteindre et sans se commettre jamais. Le spirituel et le charnel communient ici dans une réinvention de l'étreinte, une étreinte qui s'écoute, se savoure, se recueille jusqu'à l'ultime coup d'archet et se regarde comme une suite de Rodin, de Claudel ou de Lorenzo Bernini. Ici, tout l'engagement du corps lui-même fait oeuvre d'art. Dans l'art de la distillation de la musique, Jacqueline du Pré est l'athanor métaphysique du siècle. Une musicienne impressionnante, magique, démesurée.

    https://www.youtube.com/watch?v=ncJ_Gc9RES4
    https://www.youtube.com/watch?v=1pmBJLI4kVw
    https://www.youtube.com/watch?v=F3q_HJN51uo
    https://www.youtube.com/watch?v=llB7NaWLUc4

    S O N N Y    B O Y    W I L L I A M S O N

    a andreas sonny boy willamson.jpg

    C'était ça, le défi presque naturel des types et des femmes noirs de l’acabit de Sonny Boy : faire se balancer le trouble existentiel, lui donner une houle, une démarche qui danse, rythmer le dégueulasse des jours qui passent, placer dans l'ivresse de la lancinance les boires et déboires de la vie sentimentale, faire chalouper irrésistiblement les appels lancés à Dieu, dérouter par un peu de grâce le pas des jours de funérailles, faire tanguer les très pesantes mâchoires de étau du destin. Donner une voix universelle à la négritude. Ouvrir une porte sur les siècles. Lui, en plus, Sonny Boy, il a cette gueule, cette dégaine, cette bouche partiellement édentée, celle allure folle, cette désinvolture blessée et l'art de prolonger son cri ou son gémissement sur les orgues domestiques de son harmonica. 

    https://www.youtube.com/watch?v=WBBQQU2aKd4
    https://www.youtube.com/watch?v=4bY0vcg2F-I
    https://www.youtube.com/watch?v=Ixgu0H2p3WE

    W I L L I A M    W R A Y

    a andreas William Wray.jpg

    http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/william-wray/

    a ww 1.jpg   a ww 2.jpg   a ww 3.jpg


    0 0
  • 08/22/15--01:16: Photos (saisons 1)
  • a denys 1.jpg

    a denys 2.jpg

    a denys 3.jpg

    a denys 4.jpg

    a denys 5.jpg

    a denys 6.jpg

    a denys 7.jpg

    a denys 8.jpg

    a denys 9.jpg

    a denys 10.jpg

    a denys 11.jpg

    a denys 12.jpg

    a denys 13.jpg

    a denys 14.jpg

    a denys 16.jpg

    a denys 17.jpg

    a denys 18.jpg


    0 0
  • 08/22/15--06:02: Photos - Saisons (2)
  • a dlc 1.jpg

    a dlc 2.jpg

    a dlc 3.jpg

    a dlc 4.jpg

    a dlc 5.jpg

    a dlc 6.jpg

    a dlc 7.jpg

    a dlc 8.jpg

    a dlc 9.jpg

    a dlc 10.jpg

    a dlc 12 2.jpg

    a dlc 13.jpg

    a dlc 14 2.jpg

    a dlc 15.jpg

    a dlc 16.jpg

    a dlc 17.jpg

    a dlc 18.jpg

    a dlc 19.jpg

    a dlc 20.jpg


(Page 1) | 2 | 3 | .... | 7 | newer