Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

extinction des feux

older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | .... | 7 | newer

    0 0
  • 08/24/15--01:15: Photos (saisons 3)
  • Pour Patricia Eloy-Veltin et Alain Adam

    a dlcol a.jpg

    a dl col 1.jpg

    a dl col 2.jpg

    a dl col 3.jpg

    a dl col 4.jpg

    a dl col 57.jpg

    a dl col 7.jpg

    a dl col 16.jpg

    a dl col 54.jpg

    a dl col 35.jpg

    a dl col 9.jpg

    a dl col 25.jpg


    0 0
  • 08/24/15--23:58: Photos (saisons 4)
  • a dl col 5.jpg

    a dl col 8.jpg

    a dl col 13.jpg

    a dl col 15.jpg

    a dl col 14.jpg

    a dl col 17.jpg

    a dl col 18.jpg

    a dl col 23.jpg

    a dl col 20.jpg

    a dl col 29.jpg

    a dl col 26.jpg

    a dl col 27.jpg


    0 0
  • 08/26/15--00:38: photos (saisons 5)
  • a dl col 55.jpg

    a dl col 56.jpg

    a dl col 51.jpg

    a dl col 24.jpg

    a dl col 31.jpg

    a dl col 32.jpg

    a dl col 33.jpg

    a dl col 46.jpg

    a dl col 34.jpg

    a dl col 36.jpg

    a dl col 37.jpg

    a dl col 39.jpg


    0 0
  • 08/27/15--08:07: Photos (saisons 6)
  • a dl col 44.jpg

    a dl col 50.jpg

    a dl cola 1.jpg

    a dl col 45.jpg

    a dl cola 5.jpg

    a dl cola32.jpg

    a dl cola 6.jpg

    a dl cola 2.jpg

    a dl cola 9.jpg

    a dl cola 11.jpg

    a dl cola 12.jpg

    a dl cola 7.jpg


    0 0
  • 08/28/15--01:46: Photos (saisons 6)
  • a dl cola 10.jpg

    a dl cola 14.jpg

    a dl cola 15.jpg

    a dl cola 16.jpg

    a dl cola 17.jpg

    a dl cola 18.jpg

    a dl cola 19.jpg

    a dl cola 20.jpg

    a dl cola 21.jpg

    a dl cola 22.jpg

    a dl cola 23.jpg

    a dl cola 25.jpg

    a dl cola 26.jpg

    a dl cola 27.jpg

    a dl cola 28.jpg

    a dl cola 29.jpg

    a dl cola 30.jpg


    0 0
  • 08/28/15--23:44: photos (saisons 7)
  • a dl cola 33.jpg

    a dl cola 34.jpg

    a dl cola 40.jpg

    a dl cola 41.jpg

    a dl cola &.jpg

    a dl colas 3.jpg

    a dl colas 4.jpg

    a dl cola 02.jpg

    a dl cola 04.jpg

    a dl cola 05.jpg

    a dl cola 06.jpg

    a dl colas 4.jpg

    a dl colas 8.jpg


    0 0
  • 09/04/15--10:44: Photos (saisons 8)
  • a col 5.jpg

    a col 7.jpg

    a col 4.jpg

    a col 3.jpg

    a col 13.jpg

    a col 16.jpg

    a col 15.jpg

    a col 17.jpg

    a dlcola 01.jpg

    a dlcola 03.jpg

    a dlcola 04.jpg

    a col 21.jpg


    0 0
  • 09/05/15--01:54: Photos (saisons 9)
  • a col 6.jpg

    a col 10.jpg

    a col 8.jpg

    a col 14.jpg

    a col 11.jpg

    a col 18.jpg

    a col 9.jpg

    a den 3.jpg

    a col 20.jpg

    a col 22.jpg

    a col 24.jpg

    a col 23.jpg


    0 0
  • 09/06/15--01:00: Photos (saisons - 10)
  • a den 1.jpg

    a den 2.jpg

    a den 5.jpg

    a den 6.jpg

    a den 7.jpg

    a den 8.jpg

    a den 9.jpg

    a den 10.jpg

    a den 14.jpg

    a den 12.jpg

    a den 11.jpg

    a den 13.jpg

    a den 16.jpg

    a den 21.jpg

    a den 22.jpg

    a den 18.jpg

    a den 19.jpg


    0 0
  • 09/07/15--01:59: Photos (saisons - 11)
  • Pour Valérie Dumont-Sudre

    a deco 1.jpg

    a deco 2.jpg

    a deco 3.jpg

    a deco 4.jpg

    a deco 5.jpg

    a deco 6.jpg

    a deco 7.jpg

    a deco 8.jpg

    a deco 9.jpg

    a deco 11.jpg

    a deco 12.jpg

    a deco 13.jpg


    0 0
  • 09/10/15--00:12: Photos (saisons - 12)
  • a deco 14.jpg

    a deco 15.jpg

    a deco 16.jpg

    a deco 17.jpg

    a deco 18.jpg

    a deco 19.jpg

    a deco 20.jpg

    a deco 21.jpg

    a deco 23.jpg

    a deco 24.jpg

    a deco 25.jpg

    a deco 22.jpg


    0 0
  • 09/13/15--10:31: Photos (saisons 13)
  • a d 1.jpg

    a d 4.jpg

    a d 3.jpg

    a d 5.jpg

    a d 2.jpg

    a d 6.jpg

    a d 8.jpg

    a deco 27.jpg

    a d 9.jpg

    a deco 28.jpg

    a deco 29.jpg

    a deco 30.jpg


    0 0

    a alain adam 1.jpg

    n u m é r o    1 5

    Dans ces temps odieux, ces temps de grands flux migratoires, de désastres humains, ces temps d'une générosité qui à peine annoncée se rétracte, ces temps de corps éteints jonchant les plages face à des touristes que tant d'impudeur indispose, ces temps d'abois fascistes et de vociférations religieuses, ces temps sinistres où le premier imbécile (un frère, un semblable, en quelque sorte) se sent autorisé à vomir sa bile en guise d'opinion, je reste dans cette idée que le faible et le menacé doivent être secourus, qu'il n'y a aucune dignité dans le rejet même si l'on sait que l'hospitalité ouvre aussi la porte aux rats. C'est et cela a été ainsi de tout temps, il a toujours été plus facile de duper un homme de bonne volonté qu'une crapule. Je reste, à l'écart de l'angélisme et des exaltations chronométrées, un fervent adepte de la bonne volonté. Le monde des uns se déchire, est piétiné, saccagé, celui des autres est en proie au doute, d'autres mondes encore se recroquevillent  et cognent ou ignorent et folâtrent. Un fait les relie : des menaces, lourdes comme des enclumes, s'accumulent au-dessus de nos têtes, qu'on se voile la face ou qu'on ouvre les yeux, nous entrons tous dans des ères très problématiques, dans des temps convulsifs dont nous ne sortirons pas indemnes. Mais rien n'est en mesure de m'écarter de ma quête artistique. Ma curiosité est plus sensible, plus éveillée que jamais.

    D I A N E    M E U N I E R

    Je commence à découvrir lentement son oeuvre. Je laisse d'abord une adresse pour lui rendre visite :

    https://www.facebook.com/diane.meunier.5

    Je suis emporté dans ses abstractions aériennes, originales, fluides, festives et folles. Ses fragiles et superbes édifices de vent et de lumière me touchent et m'enchantent. Calicots, bannières, ficelles, tout un monde de légèreté altière, enivrante. La couleur y vit en essaims intenses, allègres, poétiques. J'aime l'allégresse du trait, sa nervosité adroite, son empressement habile. Un univers de dédales et de labyrinthes pavés de couleurs qui se chevauchent achève de nous désorienter heureusement, de nous égarer pour notre bien. J'aime les poèmes-affiches et celui-ci, qui dit assez bien, l'univers de l'artiste. 

    J'ai besoin
    j'ai envie
    d'un monde lointain
    inconnu et perdu
    d'un monde mystérieux
    fantastique
    harmonieux
    exquis et
    inexploité

    Je reviendrai sous peu dans l'univers bienfaisant de cette femme arc-en-ciel, femme ruche oxygénée à l'haleine des fleurs et des papillons inventés.

    a dia 1.jpg   a dia 2.jpg   a dia 5.jpg

    a dia 3.jpg   a dia 4.jpg

    C a t h e r i n e    R é a l l a n d

    Voici un formidable coup de coeur et de foudre. La première oeuvre aperçue, de la série des Mamacitas, m'a cueilli comme une fleur, tendrement, imparablement. J'ai le goût de cette rare simplicité, de cet accès à la poésie picturale, de ce raccourci vers l'essentiel. Autant de délicatesse, autant d'humanité, autant de tendresse, Catherine Réalland fait resplendir l'humilité. Elle lui donne un visage avenant, irrésistible. Donnons, pour l'amour de l'humanité comme dit Don Juan, quelques accès à l'oeuvre de la peintre française : 

    https://www.facebook.com/realland.art?pnref=story
    https://vimeo.com/77293037

    Je vous recommande de visiter l'oeuvre, c'est un recueil rare où la bienveillance et la beauté sans fard se rencontrent et s'entendent. J'aime les paysages peints à l'huile essentielle de paysages, ces natures mortes enflées de vie et, superbe événement poétique, la merveilleuse série des Mamacitas.

    a cath r 1.jpg     a cath r 2.jpg

    a cath r 3.jpg     a cath r 4.jpg

    a cath r 5.jpg     a cath r 6.jpg

    a cath r 7.jpg     a cath r 8.jpg     a cath r 12.jpg

    a cath r 9.jpg     a cath r 10.jpg     a cath r 14.jpg

    G i a n n i    P o n t i r o l i

    Je tombe sur ce merveilleux portrait du Chilien considérable, Pablo Neruda, que j'aime et que je trouve ici merveilleusement représenté. Je suis ému en rencontrant sous cette forme, dans ces couleurs célestes, l'auteur du Chant Général et des Vingt Poèmes d'amour et une chanson désespérée. Pour découvrir l'oeuvre du peintre italien :

    https://www.facebook.com/gianni.pontiroli

    a gianni pontiroli.jpg

    Je prends congé, je rentre 
    chez moi, dans mes rêves,
    je retourne en Patagonie
    où le vent frappe les étables
    où l'océan disperse la glace.
    Je ne suis qu'un poète 
    et je vous aime tous,
    je vais errant par le monde que j'aime :
    dans ma patrie 
    on emprisonne les mineurs
    et le soldat commande au juge.
    Mais j'aime, moi, jusqu'aux racines
    de mon petit pays si froid.
    Si je devais mourir cent fois,
    c'est là que je voudrais mourir
    et si je devais naître cent fois
    c'est là aussi que je veux naître 
    près de l'araucaria sauvage,
    des bourrasques du vent du sud
    et des cloches depuis peu acquises.

    Qu'aucun de vous ne pense à moi. 
    Pensons plutôt à toute la terre, 
    frappons amoureusement sur la table.
    Je ne veux pas revoir le sang
    imbiber le pain, les haricots noirs,
    la musique: je veux que viennent
    avec moi le mineur, la fillette,
    l'avocat, le marin
    et le fabricant de poupées,
    Que nous allions au cinéma, 
    que nous sortions 
    boire le plus rouge des vins. 

    Je ne suis rien venu résoudre. 

    Je suis venu ici chanter
    je suis venu
    afin que tu chantes avec moi. 

    ( extrait du Chant Général)   


    0 0

    http://l3v.blog.free.fr/

    Artiste plasticienne : Marie-Françoise Hachet de Salins - Poète : Denys-Louis Colaux 

    Colaux_-_Hachet_de_Salins_2_blog.jpg

    Ange de l’encrier

    Longtemps
    aux côtés du silence
    en lui tenant
    maintenant la main l’attache de l’âme
    en consolant
    ce coffre de viole
    privé d’archet
    je dors
    d’un sommeil d’encre
    parmi ces mots
    qui semblent
    attendre
    la patiente révélation
    du livre
    et le plongeon de la bouteille
    dans les longs aléas de l’eau

     

    14 août 2015


    0 0
  • 10/04/15--23:12: Photos (saisons - 14)
  • a dlc a.jpg

    a dlc b.jpg

    a dlou 1.jpg

    a dlou 2.jpg

    a dlou 3.jpg

    a dlou 20.jpg

    a deco 35.jpg

    a deco 31.jpg

    a deco 33.jpg

    a deco 34.jpg

    adlou4.jpg

    a deco 38.jpg

    a deco 39.jpg

    a deco 41.jpg

    a deco 32.jpg


    0 0

    a alain adam 1.jpg

    n u m é r o    1 5

     J O S É     S A B O G A L

    Je découvre ce peintre péruvien, José Sabogal (1888-1956). Pour présenter l'artiste, je reproduis des extraits d'un article de L'Express dont voici les références :

    http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/perou-hommage-a-jose-sabogal-peintre-indigeniste_1267296.html 

    Sabogal (1888-1956) "est une des figures majeures du mouvement indigéniste péruvien", indique à l'AFP Natalia Majlouf, directrice du Musée d'Art de Lima (MALI) et commissaire de l'exposition qui regroupe, réunies pour la première fois, quelque 300 œuvres du peintre. 

    Le courant politique et culturel de l'indigénisme lancé au début du XXe siècle se proposait - un siècle après l'indépendance du pays en 1821 - de redéfinir la "péruvianité" en y intégrant l'héritage indigène, foulé aux pieds par la conquête et la colonisation espagnoles. 

    Bien avant la photographie, la télévision ou le tourisme, Sabogal déroule les images de la richesse et de la diversité du Pérou pour des contemporains qui découvrent avec sa peinture leur propre pays. 

    Les imposants portraits en pied de notables locaux et de leurs épouses en habits traditionnels, les scènes de la vie quotidienne, les artisans, les animaux - dont une série sur les lamas - les paysages de la Cordillère ou du littoral Pacifique, les barques du lac Titicaca ont été "des images accueillies comme venant d'un pays exotique", avait relevé le propre Sabogal. 

    Reconnu comme "le maître de l'authenticité", il est "avant tout le premier peintre péruvien", comme le décrivit son contemporain, chef de file d'un mouvement indigéniste radicalisé, l'écrivain marxiste et fondateur du Parti communiste péruvien José Carlos Mariategui. 

    José Sabogal, originaire de la province de Cajamarca (nord) voyage tout jeune en Europe puis en Argentine et au Mexique où il s'inspire des grands peintres et muralistes de l'époque. "Sabogal est en quelque sorte un (Diego) Rivera mineur d'Amérique du Sud", indique Natalia Majlouf. 

    Le peintre effectue un long séjour à Cuzco, la capitale de l'ancien empire Inca qu'il peint sous tous les angles. 

    Sa première exposition à Lima (1919) fait sensation et lui apportera immédiatement succès et reconnaissance mais aussi critiques et dédain de ceux qui le surnomment "le peintre des indiens". 

    Professeur puis directeur de l'école des Beaux Arts de Lima, il meurt en 1956, non sans avoir formé toute une génération d'artistes péruviens et amassé une oeuvre prolifique mais considérée ensuite comme datée, "justement parce que très identifiée à l'indigénisme et reléguée dans l'histoire de l'art en général", estime Gérard Borras directeur de l'Institut français d'Etudes andines de Lima. 

    "Le génie de Sabogal, c'est de produire de l'art qui va au delà de l'aspect militant d'une époque", dit-il à l'AFP. La rétrospective permet également de découvrir d'autres facettes de sa peinture, dont une série de portraits d'écrivains, de syndicalistes, d'élégantes de la haute société de la Lima créole des années 30 et 40, ainsi que des peintures murales, des xylographies, des aquarelles, des poteries. (...)

    "Sabogal a su construire une image de la nation et particulièrement du monde indigène au Pérou au XXe siècle qui a perduré jusqu'aux années 1980, lorsque cette image s'est fissurée en raison de facteurs sociaux et politiques, des mouvements armés, des changements urbains comme la migration andine vers les villes", termine Natalia Majlouf.

    a josé 1.jpg   a josé 3.jpg

    a josé 2.jpeg

    a josé 4.jpg

    a josé 5.jpg   a josé 11.jpg

    a josé 6.jpg

    a josé 8.jpg   a josé 12.jpg

    a josé 9.jpg

    a josé 10.jpg   a josé 14.jpg

    a josé 13.jpg

    a josé 15.jpg

    a josé sabogal.jpg

    a josé sabogal 2.jpg

     


    0 0
  • 10/07/15--04:18: Suite poétique de Jo Hubert
  • Suite de poèmes de JO HUBERT

    https://www.facebook.com/jo.hubert?fref=ts
    http://johub.blogspot.be/

    Poèmes, illustrations et photographies : Jo Hubert

    a jo 9.jpg   a jo 10.jpg   a jo 11.jpg

    Lettre ouverte à un amant de passage

    Je transpirais comme un secret
    en ce temps-là
    lorsque j'inventais
    sonnets et sornettes
    à dormir partout
    à coucher assise ou debout
    avec n'importe qui
    n'importe quoi
    en ce temps-là.
     
    Fais voir ta gueule
    mon mignon
    mon minou d'amour
    mon morpion
    mon scorpion
    mon scorbut
    mon espion
    mon pignon de pin
    mon quignon de pain...
     
    Rassis !
     
    Ton âme s'évapore
    par tous les pores
    de ta vertu.
    Tu m'exaspères
    de tes prières
    tes impromptus
    à la lèche-moi le cul.
     
    Tu baises ou
    tu te branles
    mon capitaine
    et tu marines
    dans ton jus.
     
    T'auras beau faire
    je ne mange pas
    de ce sperme-là.
     
    Tu titubes
    dans le noir
    et tu te cognes les tibias
    à la baignoire.
     
    Tu me débectes
    ne le vois-tu pas ?
    Quand te décideras-tu
    à lever le camp
    appeler un taxi
    à vider les lieux
    que je puisse changer les draps ?
     
    Pourquoi
    mais pourquoi
    je fais ça ?
     
    Habituée
    des lendemains qui dégrisent
    et des bains à n'en plus finir
    j'ai beau ouvrir
    portes et fenêtres
    le relent est toujours là
     
    il faut que je cache tout ça
    à mes enfants
    qu'ils ne sachent pas
    quelle belle salope est leur mère
    qui baise avec les rats-dégoûts
    les pourritures d'ici-bas.
     
    Oublier tout ça au plus vite
    l'enterrer comme fait le chat
    grattant des pattes de derrière
    faisant comme ci
    comme si
    tout ça
    n'existait pas.

    a jo 1.jpg

    LESSIVE

    A la radio
    dans le lointain
    le son égrotant d'un tango
    argentin agonisant.
     
    Abandonnée au bandonéon
    badigeonnée
    au bleu de Méthylène
    j'aurais voulu être une femme
    et non cette enfant déflorée
    fourrée dans la lessiveuse
    avec la poudre optique
    qui ôte jusqu'aux taches
    les plus tenaces.
     
    J'avais envie
    d'une glace panachée vanille-pistache
    c'était une consolation
    d'y penser
    tandis que j'étais lessivée.

    a jo 2.jpg

    CHEZ TANTE ALICE

     
    Tante Alice a les dents qui saignent
    elle les brosse dans l'évier
    de la cuisine.
     
    Mon cousin Bernard
    est mort à quinze ans
    les dos ouvert sur les rochers
    du bas-côté de la route
    le long de l'Ourthe.
     
    Chez Tante Alice
    le grille-pain
    sent si mauvais
    que je cours me blottir
    dans l'escalier
    à mi-chemin entre le sol
    et le palier.
     
    A mes côtés
    une ombre claire.

    a jo 4.jpg   a jo 5.jpg   a jo 6.jpg

    HIRONDELLES

    Là-haut nichaient
    des oiseaux
    je crois bien que c'étaient
    des hirondelles
    têtes penchées
    agiles
    regards en coin
     
    Sur l'escarpolette
    de fortune
    cordes nouées
    tête penchée moi aussi
    j'ai la nausée
    j'ai vomi.

    a jo 7.jpg

    Crédule

    Tu as cru
    à l'échancrure de l'aube
    plaie ouverte du petit matin
    vers la droite du quai
    en attendant le train.
     
    Tu as cru
    au soleil aiguisé
    à sa brûlure méridienne
    à la cicatrice rouge
    qu'il laisserait sous ta paupière.
     
    Tu as cru
    à l'hématome violet
    marquant le dernier round
    de ton combat
    du jour.
     
    Le ciel renie ses promesses :
    la pluie a zébré les carreaux.
     
    Crapule !

    a jo 8.jpg

    CHRONIQUES DE LA CAROTIDE OUVERTE 2

     
    Dans le lit voisin
    elle souffre
    Toute la nuit
    elle gémit
    elle prie
     
    elle dit
    Je veux mourir
     
    je compatis.
     
    Mais une voix
    du tréfonds de ma fatigue
    lui crie en silence
    Crève !

    a jo a.jpg

    Vieille peau ridée
    chairs flétries
    yeux – chasse yeux -
    traits brouillés sans expression
    docilité patente.
     
    Sourire édenté béat
    elle obtempère
    si on lui dit de se laver
    elle se lave.
     
    Si on lui dit d'avaler
    les pilules
    elle déglutit audiblement
    aimablement.
    Mais un comprimé à la fois
    tombe à côté de sa bouche
    dans le tiroir juste au-dessous.
    Quand elle a fini
    elle fait Aaaaahhhh !
    C'est par l'Aaaaahhhh !
    qu'on trompe son monde.
     
    La nuit venue
    elle ne dort pas.
    Une main recouvre son sexe
    elle se fait du bien, ah !
    pour tout le mal qu'on lui a fait
    dans la journée
    piqûres
    torsions
    examens invasifs et incursifs
    de routine
    au dire de ceux qui les infligent.
     
    C'est une vieille inoffensive
    immobile quand on la regarde.
     
    C'est un chaudron de pure colère
    qui fait bouillir son corps brisé
    qui la fait se hisser et ramper
    entre deux rondes d'infirmières
    vers la sortie
    vers l'air
    vers l'hiver
    vers le risque accepté
    vers la délivrance espérée.
     

    a jo aa.jpg

    Tu devrais voir :
    le plafond blanc et une grosse mouche noire qui s'en envole
    pour se poser contre la vitre
    et bourdonner.
     
    Ça, c'est dans la chambre.
     
    Dans le couloir des infirmières
    ça bourdonne aussi.
     
    Le discours de la mouche est plus simple à comprendre.

    a jo aa.jpg

    L'Omerta
    c'est ici.
     
    Les oligarques diplômés
    ont l'exclusivité
    de la parole.
     
    Les autres
    les sous-fifres
    affichent des airs entendus.
     
    Ils exécutent.
     
    Si ça suffit à faire leur bonheur...

     

    a jo bb.jpg

    Parfois
    elles consentent à parler d'elles :
    quelques mots de leur quotidien
    la vie dure
    la vocation qu'elles ont perdue
     
    restent fatigue et amertume.
    Ça sonne juste.
     
    Dès qu'il s'agit
    d'aborder le sujet
    de leurs patients et de leurs maux
    ça sonne faux.
     
    Cloche fêlée
     
    corne de brume.

    a jo c.jpg


    0 0
  • 10/09/15--03:30: Aphorismes
  • Au rendez-vous de la mort

    Illustrations : Félicien ROPS 

    Mourir n’est pas un problème, c’est à la portée du premier venu.

    Pierre DESPROGES

    a d 1.jpg

    Chaque fois que j’étrangle la mort, je sens mon cœur se serrer.

    Sans jamais applaudir, en évitant d’agiter des drapeaux, je tolère assez bien la mort des gens que je déteste.

    Je reconnais l’éternité à son odeur de charogne.

    Ressuscité après quelques jours de décomposition, Lazare faisait un lépreux très présentable.

    Rien comme un dos humain ne me fait songer à une stèle.

    L’idée du suaire ne m’emballe guère.

    L’agonie est un genre de toboggan sans joie.

    A la vitesse où les choses progressent, bientôt la vie et la mort seront vaincues.

    La mort n’a pas plus d’avenir que l’humanité.

    Les arbres, voilà des gens qui savent mourir.

    a d 2.jpg

    La mort est ce remède universel qui vient à bout de toutes les maladies.

    Mitterand était en avance sur son temps, dès la cinquantaine, il avait une vraie tête de mort.

    La plupart d’entre nous mourront avant que tout ne soit mort.

    La mort est essentiellement un aliment.

    Refusez la mort, mangez des animaux vivants.

    La leçon de philosophie que ce serait de prendre son repas sur une table d’autopsie.

    A mon enterrement, je ne veux être suivi que par des morts.

    Il n’y a de sage-femme que la faiseuse d’anges.

    Plus même un fantôme, le poète désormais est un intermittent du spectral.

    La mort est une façon d’aérer la durée.

    a d 3.jpg

    Je suis favorable à la torture et à l’exécution de la peine de mort.

    On peut, si on s’applique, mourir d’amour mais on meurt plus aisément d’un infarctus.

    La Belgique est la traduction géographique de l’agonie, la mort sera son point culminant.

    Il paraît qu’au Panthéon, on hésite à passer l’aspirateur.

    En Italie, pays foutrement drôle, on peut lire à la fenêtre du corbillard : pericoloso sporgersi.

    Ce sont les souliers vernis qui remplissent le mieux la fonction de pompes funèbres.

    Il y a des jours où l’on mourrait très volontiers.

    Pourquoi sceller la bière, le locataire ne risque pas de fuir.

    Personne ne résiste à la pelle du fossoyeur.

    a d 4.jpg

    Sans un insistant problème de myopie, j’aurais fait un très honnête tueur à gages.

    Quand on comprend combien on se fait chier sur les rives de l’éternité, on hésite à s’y baigner.

    Le sarcophage précède de quelques millénaires l’invention de la boîte de conserve.

    La mémoire est une main qui tâtonne sous l’enseveli.

    C’est une grande preuve de courtoisie de ne pratiquer l’autopsie que sur des gens morts.

    Rien comme la layette ne fait songer au linceul.

    Les dieux puent le bûcher, les viscères ouverts, l’explosif artisanal et la bombe atomique.

    La publication de mon faire-part de décès se limitera à un prière d’incinérer.

    Par un formidable effet d’aimantation, les chrysanthèmes attirent les cadavres.

    De son vivant, François d’Aix était déjà connu sous le nom de père Lachaise.

    Je comprends mal qu’on assassine si peu d’huissiers.

    L’histoire de l’humanité nous apprend que partout et en tout temps l’homme est un étron pour l’homme.

    Un grand nombre de personnes rechignent à mourir.

    Résistez, je vous prie, et jusque dans la mort, à la détestable tentation de l’honorabilité.

    Quand la fumée est blanche, c’est que le pape est bien sec et se consume sans problème.

    Le cimetière est la cantine des asticots.

    Mon grand-oncle comparaît toujours son veuvage à la libération de Paris.

    Dieu est mort, affirme Nietzsche, Nietzsche est mort, ne puis-je m’empêcher de rétorquer vainement et moi-même, je ne me sens pas très bien.

    Mourir, c’est  prendre rendez-vous avec rien ni personne, c’est un peu la vie qui se perpétue.

    Pour en finir avec la mort, je voudrais être inhumé dans un livre de Jean Giono.

    L’autre jour, errant dans le cimetière de Francfort, je tombe sur cette inscription hilarante : In Memoriam Alois Alzheimer.

    Aujourd’hui, en raison de l’inconfort de la position, même les plus fervents catholiques hésitent à mourir crucifiés.

    Daesh lave plus rouge.

    a d 5.jpg

    Tout n’est qu’illusion, la mort seule ne se dément jamais.

    Laissons l’accident se produire avant de déterminer la place du mort.

    Les paons meurent en public.

    Aux Etats-Unis, il faudrait contraindre le flic blanc à porter la cagoule du KKK.

    Sans être irrémédiablement attaché à la vie, je préfère l’omelette norvégienne à la roulette russe.

    Pour éprouver la loyauté des parents et des proches, je bâtirais tous les cimetières en haut du Golgotha.

    Michel Dardenne est mort, ce n’est pas un scoop de première fraîcheur mais ça reste une excellente nouvelle.

    Très entiché de porte-bonheur, je préfère les pendus aux noyés.

    Tous les morts entrent dans le néant par la même absence de porte.

    Je suis prêt à parier que le soldat inconnu savait qui il était.

    Il y a des deuils sous lesquels on s’affaisse.  

    Ci-commence à gésir, hélas sans hâte, Jean d’Ormesson, horrible pipelette du PAF. 

    Cette année, le championnat du monde de suicide ne sera plus accessible aux malades mentaux.

    Mozart dans une fosse commune ordinaire et André Rieu toujours vivant et applaudi ! 

    Je ne suis pas résolument hostile à la nécrophagie mais je veux choisir moi-même mes aliments.

    Quand je m’assois, je regarde toujours si la chaise n’est pas électrique.

    Ce jeudi, pas même un poisson à l’enterrement de la mer Morte.

    a d a.jpg

    Vaincu par la passion du jeu, je signe désormais  les éloges funèbres de personnes que je ne connais pas.

    Je voudrais pas crever sans avoir relu Vian.

    La crémation est une preuve qu’on ne rétrécit pas qu’au lavage.

    On peut avoir été un vrai con toute sa vie et faire un honorable fossile.

    Comment, quand comme moi on ne pratique pas le langage des signes, faire comprendre à un sourd-muet qu’il est mort ?

    Etre incinéré ? Je ne suis pas très chaud, mais cuit au court-bouillon, je ne dis pas non.

    Qu’il en aille désormais des auteurs comme des livres : pas de clients, au pilon !

    Avant de mourir, il paraît qu’on devient furtivement l’archéologue de ses propres vestiges.

    Une illusion, quand elle meurt, pourrit et empeste au fond de l’âme.

    J’aimerais qu’on dispersât mes cendres dans les lacets du mot ruisseau.

    Laissons un beau testament blanc.

    a d b.jpg


    0 0

    APPEL A LA SOLIDARITÉ

    Manifestez-vous contre l’incarcération arbitraire de 15 militants angolais

    Consultez et signez cette pétition

    http://www.amnistia-internacional.pt/index.php?option=com_wrapper&view=wrapper&Itemid=40&sf_pid=a077000000TgvwwAAB

    Quinze militants des droits de l'homme et activistes Angolais emprisonnés depuis trois mois entament une grève de la faim. Ce sont des pacifistes incarcérés pour divergences d'opinions avec un pouvoir établi depuis 36 ans. La divergence d'opinion est en Angola qualifiée de tentative de coup d'état. De grâce, cette injustice est intolérable. Manifestez-vous. Lisez la pétition et les articles connexes, signez. Consacrez quelques minutes à quinze êtres humains en grand danger. Après 3 mois de prison quelques activistes ont commencé une grève de la faim. Aidez-nous à les protéger !

    anagolais.png

    Voici le contenu de la pétition
    (traduction à l'usage des francophones) 

     

    Les activistes politiques et militants des Droits de l’Homme Henrique Luaty da Silva Beirão, Manuel Chivonde (Nito Alves), Nuno Álvaro Dala, Afonso Mahenda Matias (Mbanza Hanza), Nelson Dibango Mendes dos Santos, Itler Jessy Chivonde (Itler Samussuko), Albano Evaristo Bingocabingo, Sedrick Domingos de Carvalho, Fernando António Tomás (Nicolas o Radical), Arante Kivuvu Italiano Lopes, Benedito Jeremias, José Gomes Hata (Cheick Hata) et Inocêncio António de Brito ont été arrêtés par les forces de sécurité angolaises le 20 Juin à Luanda (capitale d´Angola).Ils se rencontraient à l´occasion d´une réunion pour discuter des sujets politiques et de gouvernement. Quelques activistes n´étant même pas présent s à cette réunion ont été emmenés en prison. Domingo Cruz, étudiant et journaliste, a été arrêté le 21 Juin, ainsi que Osvaldo Caholo, le 24 Juin.Le Ministère de l'Intérieur du pays a publié une déclaration publique le 20 Juin informant que les militants arrêtés se préparaient pour perturber l'ordre public du pays et la sécurité publique. Les forces de police ont effectué des recherches sans mandats et ont saisi, ordinateurs, documents, et caméras dans les résidences de certaines des personnes qu'ils soupçonnaient d'être impliquées avec la réunion. Le décret par le Bureau du Procureur Général a imposé un régime d'isolement sur les militants du 26 Juin qui les empêche d'avoir des contacts avec leurs avocats, famille et amis pour une période de 10 jours.


    0 0

    L ' A n g e   d e   l ' e n c r i e r

    Illustrations, gravure et composition : Marie-Françoise Hachet de Salins
    Poème et transcription : Denys-Louis Colaux

    DSCF6257.JPG

    DSCF6259.JPG

    DSCF6260.JPG

    DSCF6263.JPG


older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | .... | 7 | newer